Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 11:37

Dans cet article, je voulais rendre hommage au remarquable travail d'une classe de CM1 de l'école Le Clos du Moulin, dans la commune Les Sorinières (44840), sous la direction du maître M. Lecomte.

 

Ils ont réalisé un carnet d'auteur avec un biographie, une bibliographie de la série des buveurs d'encre, une fiche sur chacun des 7 romans, une interview de l'auteur, des jeux, la photo des auteurs du carnet...


J'ai fait les tests. J'ai tout bon ! Je suis donc bel et bien un buveur d'encre. Voilà qui me rassure !


Je mets le lien vers ce carnet qui est une petite merveille !

 

http://ec-closmoulin-44.ac-nantes.fr/eric_sanvoisin/index.html

 

J'en profite aussi pour mettre en ligne une photo de l'équipe qui a réalisé ce beau travail.

 

buveurs-001.jpg

 

Merci encore à tous les petits buveurs d'encre ci-dessus et au grand buveur d'encre qui a initié leur démarche...

Partager cet article

Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 17:52

Quelques appréciations sur les buveurs d'encre trouvées sur internet...

 

Sur le blog vampirisme.com, un avis sur Le buveur de fautes d'orthographe...

http://blog.vampirisme.com/vampire/?926-sanvoisin-buveur-fautes-orthographe

 

 

DRACU_FautesOrtho-2-.jpg

 

 

Toujours sur le blog vampirisme.com, un avis sur Le livre des petits buveurs d'encre...

http://blog.vampirisme.com/vampire/?927-sanvoisin-livre-petits-buveurs-encre

 

 

buveur

 

 

Enfin, datant du 2 mars, une chronique radio sur France Bleu Creuse concernant Le mystère des buveurs d'encre...

 

 

mystere

 


Partager cet article

Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 15:41

Les guerriers verts, sous la forme d'une lecture musicale, va être jouée pour la première fois à la médiathèque de Bergerac le samedi 9 avril 2011 par la Compagnie du Si, basée à Bordeaux.

 

Voici la présentation du texte par la compagnie :

 

illustration.jpg

 

 

Le jeune Jason et sa famille s'installent dans des arbres pour lutter contre la construction d'une autoroute, qui doit entraîner la destruction de ces arbres. Avec d'autres familles, ils forment un véritable village, à 12 mètres du sol. Un jour, Steve, un bûcheron pas comme les autres, les rejoint. Mais quelques jours plus tard, en pleine nuit, la police embarque de force les manifestants et Jason, qui a réussi à leur échapper avec Steve, regarde bouleversé les tronçonneuses massacrer les arbres sur lesquels ils ont vécu. Il pense que la guerre contre les machines est définitivement perdue mais Steve lui prouve le contraire en l'emmenant dans un autre village du ciel qui résiste. Jason comprend alors que la solidarité est une arme invincible. De retour chez lui, en ville, Jason sait qu'il est devenu, à jamais, un enfant des arbres.

 

Une fable écologique puissante et porteuse d'espoir

 

Lecture musicale avec son assisté par ordinateur.

 

Possible de présenter "Les Guerriers Verts" sous la forme d'une lecture avec un seul comédien, sans la bande sonore.

 

vert1

 

 

J'aimerais bien voir ce que ça donne en vrai !

 





Partager cet article

Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 14:10

En voici une critique (à la fois charmante et excellente !) parue sur le site http://blog.vampirisme.com. Un régal !

 

 

mystere1 

 

"Odilon a beau avoir un père libraire, il n'aime pas les livres. Aussi passe t'il son temps à observer les clients peu scrupuleux qui n'hésitent pas à dérober les livres dans la librairie de son père. Forcément, quand on n'aime pas les livres et que son quotidien est submergé par leur présence, on apprécie qu'on nous soulage de la présence de quelques représentants du règne livresque. Une rencontre pour le moins étonnante avec un nouveau client va cependant marquer un tournant dans la relation entre Odilon et les livres. Alors qu'il surprend un client inconnu à siroter tranquillement les pages d'un livre, il décide de suivre celui-ci afin d'essayer de comprendre comment ce mystère est possible. Qui est réellement ce mystérieux personnage qui semble se déplacer sans pour autant toucher le sol ?

A force d'explorer une même thématique, on en vient parfois à éprouver un peu de lassitude à retrouver toujours les mêmes codes, les mêmes rouages, malgré le nombre colossal de textes qui se penchent sur le sujet. Et parfois, on a la chance de mettre la main sur une oeuvre complètement hors-norme, qui tire son épingle du jeu en s'appropriant le mythe (en l'occurrence celui du vampire) avec autant de qualité que d'imagination. Ce recueil de trois des récits de la série Le buveur d'encre d'Eric Sanvoisin est ainsi ma première rencontre avec cet univers, qui a vu le jour dans le milieu des années 90. Et dès les premières pages, on est happé par le mélange d'humour, de poésie et d'hommage de la série, quel que soit notre âge. En s'appropriant les codes du mythe, l'auteur matérialise au fil des pages un univers qui s'avère être un des plus beaux hommages au livre et à la lecture, et à la manière que peuvent avoir les enfants d'appréhender les textes. Manière qui conditionne plus tard la manière que nous avons, nous adulte, d'appréhender l'acte de lecture.

En plus d'être très bien écrit (la langue est maîtrisée, riche mais adaptée à la cible jeunesse, et non moins emprunte de nombreux jeux de mots), ce recueil est en lui-même un très bel objet, composé de trois des récits de la série qui se retrouvent ainsi protégés derrière une couverture aimantée du plus bel effet. Comme le reste de la série, le livre est illustré par Martin Matje, dont le travail graphique joue énormément sur le charme de la série. Son Draculivre flottant au-dessus du sol, nanti d'un look que le personnage de Stoker n'aurait pas renié, est un très bel hommage à l'auteur irlandais en même tant qu'une matérialisation parfaite du personnage décrit par Eric Sanvoisin. A noter la dernière histoire du livre, qui permet au lecteur d'interagir avec le livre, en lui demandant d'utiliser le stylo-lampe fourni pour dévoiler au fur et à mesure des pages les indices d'une enquête.

Niveau vampirique, c'est un des ouvrages les plus originaux et savoureux que j'ai pu lire. Draculivre est ainsi un ancien buveur de sang reconverti en buveur d'encre. Il aspire maintenant les mots des livres plutôt que le sang. Il vit par ailleurs dans un cercueil qui a la forme d'une plume d'encre, et est nanti de deux plumes de stylo en guise de crocs. La forme particulière de vampirisme dont il est atteint se transmet de manière classique, après avoir mordu sa victime. Il dispose par ailleurs de quelques pouvoirs, comme celui de se déplacer en volant légèrement au-dessus du sol. Petit cerise sur le gâteau : la nièce de Draculivre (joli hommage au Dracula de Bram Stoker) se nomme Carmilla.

Alors que j'avais hésité à me procurer jusque-là la série, ce recueil de certains des ouvrages de Draculivre (renommé depuis quelques temps Le buveur de sang) m'a vraiment emballé. La série d'Eric Sanvoisin est une des œuvres les plus inventives que j'ai pu lire dans le thème jusque-là, car l'auteur va bien plus loin que la classique reprise des codes, en détournant ceux-ci avec réussite. Sans nul doute la série que j'offrirais à mes enfants, quand j'en aurai et quand ils auront l'âge de lire."

Partager cet article

Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 14:14

Finalement, Le petit robot rouge ne reparaîtra pas dans sa formule initiale chez Nathan.

 

On m'a proposé, sans garantie, d'en faire une série pour les 4-6 ans dans la collection Mes p'tites histoires.

 

J'ai donc relevé le défi, sans garantie (C'est souvent ainsi que travaillent les auteurs jeunesse, sans filet...)


1) J'ai réécrit la première histoire en la raccourcissant.

 

Le petit robot rouge et le loup mécanique

 

2) Je viens d'écrire une seconde histoire avec le même personnage.

 

Le petit robot rouge et le bois dormant

 

Maintenant, il n'y a plus qu'à s'armer de patience et attendre le verdict.

 

 

Nouvelle image

 

 

Peut-être le reverrez-vous bientôt avec une autre tête...

Partager cet article

Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 13:49

Le buveur d'encre et tous les titres de la série vont recevoir des habits neufs au mois de juin 2011.

 

En effet, la collection Nathanpoche devient la collection Premiers romans.

 

Toutes les couvertures changent. Mais pas seulement...

 

La série Draculivre (écrit en tout petit) devient la série Le buveur d'encre (écrit en très gros).

 

Le buveur d'encre est beaucoup plus parlant que Draculivre. Bizarre que les éditions Nathan n'y ait pas pensé plus tôt !

 

C'est une série que j'ai eu beaucoup de mal à imposer chez Nathan (cette remarque ne concerne pas l'équipe actuelle. Souvenons-nous que le Buveur d'encre est paru en 1996 !). Voilà qui ne me rejeunit pas...

 

En avant première, la couverture du premier titre de la nouvelle présentation de la série.

 

nouveau-buveur-d-encre.JPG

 

 

Pour chacun des autres volumes de la série, le titre sera inséré sous le gros titre Le buveur d'encre.

 

Moi, ça me va. Après tout, Le buveur d'encre est mon best-seller à moi...

 


Partager cet article

Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 16:50

Voici une petite interview que je vais ajouter à la page L'interview du buveur d'encre...

 

 

dracu1.jpg

 

1) Pourquoi avez-vous eu envie d'écrire ?

J'étais un enfant très timide. Quand j'ai commencé à écrire, j'avais 10 ans et je me suis rendu compte que j'étais plus à l'aise dans l'écriture que dans la parole. Alors j'ai continué !

 

2) Qu'est-ce qui vous a inspiré pour devenir écrivain pour enfants ?

Au début, je n'écrivais que pour les vieux ! Je me suis mis à écrire pour les enfants quand je suis devenu papa. Il n'y a pas de hasard. Et comme écrire pour les enfants m'a aidé à mieux écrire (car pour moi, simplicité = qualité), eh bien j'ai continué ! (comme vous pouvez le voir, je n'ai pas peur des répétitions…)

 

3) Á partir de quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Aïe ! J'ai déjà répondu à cette question… 10 ans.

 

4) Est-ce compliqué d'inventer des histoires ?

Oui et non. Inventer une histoire, c'est facile. L'écrire, c'est déjà plus difficile. Il me faut beaucoup de temps pour réfléchir et laisser l'histoire mûrir (comme pour les fruits…). J'aime écrire, donc ce n'est pas vraiment difficile. Cependant, c'est du travail. Du temps et du travail. Ah, j'oubliais un détail : et beaucoup de plaisir !

 

5) Comment s'appelle votre premier livre ?

Le petit robot rouge.

 

6) Combien avez-vous écrit de livres ?

J'ai publié une soixantaine de livres mais, en réalité, j'ai écrit des centaines d'histoires…

 

7) Quel est le livre qui a eu le plus de succès ?

C'est Le buveur d'encre

 

8) Allez-vous écrire des nouveaux buveurs d'encre ? Si oui, combien ?

La série du buveur d'encre s'est terminée avec le septième titre, Le livre des petits buveurs d'encre, paru en juin 2010. Mais il y aura en février 2011 un gros et beau livre sur les buveurs d'encre, Le mystère des buveurs d'encre, qui reprendra trois histoires déjà parues (le buveur d'encre, le petit buveur d'encre rouge et la petite buveuse de couleurs), plus un texte inédit sous forme d'une enquête, avec des mots invisibles et une lampe magique pour les voir…

 

9) Quel est votre livre préféré des buveurs d'encre ?

Le premier : le buveur d'encre. J'aime aussi beaucoup le buveur de fautes d'orthographe !

 

10) Vos enfants ont-il aimé les buveurs d'encre ?

Ceux de mes enfants qui aiment lire ont apprécié les buveurs d'encre. Mais il ne me disent pas tout !

 

11) Pourquoi avez-vous choisi le thème des buveurs d'encre ?

Parce que je voulais écrire une histoire originale. Parce que j'aime bien les vampires (comme personnages de roman) mais j'ai voulu créer un vampire à ma manière. Parce que j'aime énormément les livres et la lecture. Pourquoi pas un vampire qui se nourrirait des histoires que l'on trouve dans les livres ? Et dernière raison : parce que…

 

12) Pourquoi avoir choisi 2 illustrateurs sur les buveurs d'encre ?

Je n'ai pas choisi. Il se trouve que Martin Matje, qui a illustré les quatre premières histoires de la série, est décédé brutalement. Les trois dernières histoires étaient déjà écrites… J'aimais beaucoup Martin Matje. Ça a été difficile mais j'aurais été très malheureux si les dernières histoires n'étaient pas parues. Olivier Latik a repris le flambeau de fort belle manière.

 

13) Comment avez-vous choisi le nom des personnages des buveurs d'encre ?

Pour Draculivre, vous connaissez déjà la réponse : Dracula + livre. Odilon, parce que c'est un prénom démodé qui fait ancien. Carmilla, parce que c'est le titre d'un classique de la littérature sur les vampires, écrit par Joseph Sheridan Le Fanu au XIXe siècle. Mais très souvent, je prends un prénom parce qu'il me plaît et je ne me pose pas plus de question que ça…

 

14) Quand allez-vous finir l'histoire des buveurs d'encre ?

C'est déjà fait. Mais ne soyez pas triste. En juin 2011, je commence une nouvelle série dans la même collection : Fériel au royaume du noir. Des histoires qui se déroulent dans un cimétière-monde…

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 11:02

Voici deux croquis, réalisés par Gaëlle Duhazé, pour une nouvelle série, Fériel au royaume du noir, à paraître chez Nathan en juin 2011.

 

croquisFériel1

 

 

croquisFeriel2.jpg


Il s'agit de deux personnages, l'un récurrent, l'autre accessoire...

 

Dans un univers sombre, sombre, sombre...

 


Partager cet article

Repost0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 16:28

Voilà à quoi va ressembler le Beau Livre sur les buveurs d'encre...

 

 

mystere1.JPG

 

 

Je l'ai enfin eu en main. Il est très chouette. Le stylo magique n'est pas joli mais efficace !

 

 

J'espère qu'il plaira aussi aux petits lecteurs...

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 16:52

C'est le titre du roman que je suis en train d'écrire.

 

J'en avais déjà parlé à plusieurs classes que j'étais allé visiter, mais je n'en étais qu'au stade de la réflexion. En fait, je ne savais pas trop comment m'y prendre, ni par où commencer.

 

Cette fois-ci, c'est parti. J'ai entamé la rédaction (une trentaine de pages). Dur dur, mais je m'accroche.

 

Ce sera un roman pour ados. Il se passe dans des endroits pour le moment assez "enfermés" mais j'ai décidé que le lieu de l'action serait... la Nouvelle-Calédonie ! Mais une Nouvelle-Calédonie à la fois réelle et imaginaire.

 

Mon fantôme est coincé dans un lieu isolé mais il dispose d'un ordinateur et d'une connection internet, sans quoi il n'y aurait pas d'histoire.

 

 

dracu2.jpg

 

 

Bien sûr, je ne peux pas en dire plus...

 

 

 

 

Pour le moment !

Partager cet article

Repost0