Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 11:03
Je viens de découvrir une critique de L'orphelinat du bout du monde (Le Surnatureur 1) sur le site de Ricochet, spécialisé en littérature jeunesse.



L'avis de Ricochet

La vie d’Alexandre Legrand n’est guère facile lorsque nous faisons sa connaissance. Il a 13 ans, il est handicapé à la suite d’un accident de voiture et ses parents sont morts dans le crash de leur avion personnel. Son oncle et tuteur l’a placé dans une institution isolée du reste du monde, qui accueille de très riches orphelins, l’orphelinat Crésus. Alexandre se déplace dans un fauteuil roulant très sophistiqué, il y est aidé par une jolie et jeune AVS, Samantha, qu’il aime beaucoup. Il n’a guère envie de se rapprocher des autres pensionnaires, refuse de croire à la mort de ses parents et ne supporte pas Belrogue, l’odieux professeur de mathématiques. Seul Brindavoive, que les élèves surnomment affectueusement Brinda, trouve grâce à ses yeux. On peut être très riche et très malheureux. Alexandre Legrand se sent seul au monde et le plus souvent impuissant, cloué dans son fauteuil high tech, qui dissimule ordinateur et téléphones portables, entre autres petites merveilles technologiques. Bientôt, d’étranges événements surviennent dans le paisible et très chic orphelinat Crésus, que dirige la singulière mademoiselle de sainte-Agathon. Certains élèves font de très violents cauchemars, Samantha est agressée sauvagement dans sa chambre, un monstre semble rôder dans les lieux, se repaissant de la tristesse ambiante. Alexandre lui-même change. Une énergie inconnue s’empare de lui parfois lorsqu’il est en colère et il peut alors soulever des objets par la seule force de sa volonté. C’est qu’Alexandre est en fait un Surnatureur et qu’il est destiné à combattre les monstres hantant le pensionnat. Il apprend aussi bien d’autres choses, mais ceci est une autre histoire que l’on découvrira sans nul doute dans le prochain volume. Alors patience … Ce roman est très agréable à lire. On y entre aisément et l’on s’y installe avec plaisir, découvrant les habitants de ce lieu étrange qu’est le pensionnat. Si l’on se demande au début si l’on n’est pas dans une sorte de remake d’Harry Potter, auquel il est fait d’ailleurs explicitement référence, l’histoire prend rapidement une autre tournure et le fantastique de Eric Sanvoisin n’est pas ancré aux mêmes racines. Alexandre est un personnage intéressant, dense, riche de ses contradictions, qui évolue au cours de l’histoire, qui apprend à surmonter ses réticences et ses handicaps, qui s’épanouit malgré les difficultés auxquelles il est confronté. Les personnages secondaires sont tous réussis également, qu’ils soient bons ou méchants. On attend donc la suite !
 
Catherine Gentile

Un avis plutôt positif qui me fait très plaisir !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le buveur d'encre - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Carl Y. Nolet 12/03/2010 01:26


Cher M.Sanvoisin,
J'ai eu la chance de trouver un exemplaire de votre livre dans les étagères de ma bibliothèque municipale et j'ai adoré.
Étant québecois, je n'ai pas eu la chance d'admirer votre plume dans un autre roman que Le Surnatureur.
Je vous le jure, je ne tari pas d'éloge à l'égard de votre talent inconstestable et ne manque pas de le recommander à tous mes amis. Je n'ai qu'une chose à dire: À quand la suite!?!
J'ai dévoré votre roman d'un bout à l'autre et pour être franc, je l'ai lu en à peine 1h30.
J'adore votre style et vos idées imaginatives que n'entrent pas dans le cliché et qui restent réalistes malgré le style fantaisiste.
En terminant, je tiens à vous adresser mes plus sincères félicitations pour votre oeuvre et à vous remercier pour le moment de divertissement sans précèdent que j'ai passé grâce à vous.
C-Y-N, Québec


Le buveur d'encre 12/03/2010 09:40


Tous ces compliments me vont droit au coeur. Quant à la suite du Surnatureur, j'attends le feu vert de l'éditeur pour l'écrire. Certains éditeurs sont devenus des marchands de tapis. Parfois, un
auteur se sent un peu comme une carpette. Je mettrai un petit mot dans mon blog pour évoquer l'avenir du Surnatureur...